La fuite ... un nouveau depart ...

La vie a toujours été dure avec notre famille, étrange malédiciton ou mauvaises intentions, personne ne saît. Le Roi et sa femme périrent tous deux lors d une expédition dans de lointaines contrées...

Leur fille aînée, Myrwen, encore jeune et sans expérence fut apellée à leur succéder, épaulée par le Commandant des armées, qui devint rapidement plus qu un ami. Ils dirigérent le royaume durant de longues années prospères et de leur union naquirent cinq enfants. La paix apparente du royaume et la tranquilité du règne de Myrwen fut brisé le jour ou l un de ses fils, flanant en dehors des appartements royaux, surprit des discussions de certains seigneurs. Leurs intentions étaient claires, ils comptaient s emparer du pouvoir et massacrer toute la lignée Stark.

Le Lord Commandant pris alors la tête des armées réunies dans la cité et partit livrer bataille dans les fiefs des traîtres, cependant ce fut peine perdue, de nombreuses troupes de mercenaires avaient gonflés leurs rangs, et les troupes fidèles au Stark se firent massacrer, totalement dépassés par le nombre de guerriers ennemmis.
Rapidement l armée ennemie se trouva aux portes de la cité, déterminée à prendre rapidement la citadelle Stark.


Les troupes assiégèrent la forteresse et malgrès la résistance de guerriers fidèles ,les ennemis avancèrent et se trouvèrent en quelques jours aux portes du Donjon, ou étaient situés les appartements royaux et ou s étaient réfugiés les assiégés.

“Siriondil , Taliesin prenez ce passage et suivez ce couloir, il vous ménera en dehors de la cité, prennez soin de vos frères et de votre sœur “

Myrwen embrassa la petite Nalia avant de la laisser suivre le groupe , déjà les bruits sourds d épées et les cris résonnaient dans la cour, on croisait le fer de plus en plus près.
Quelques serviteurs filèrent dans le passage, transportant des soldats bléssés, plusieurs hommes firent irruption dans la pièce. Elle incanta plusieurs charmes qui laissèrent inertes deux d entre eux alors qu un troisième la chargeait, il était presque sur elle quand une flèche le ceuillit à la gorge.

“Viens vite ma sœur , on doit quitter cet endroit , Magnus ne résistera pas longtemps , il faut partir “

Levant les yeux, l elfe vit le visage de son frère Ethilmor et à ses pieds gisait le corps de son agresseur baignant dans son sang.

Quelques secondes plus tard, ils étaient deja sur la trace des enfants. édité au tour 1898 par Myrwen


RE: La fuite ... un nouveau depart ...

“Siriondil , Taliesin prenez ce passage et suivez ce couloir, il vous mènera en dehors de la cité, prenez soin de vos frères et de votre sœur“

Favole était auprès des blessés, et hésitât a rester auprès de Lady Myrwenn pour attendre son mari, Ron Stark. Tous semblaient décidés à partir. Il régnait un tel chaos sur le château de Winterfel avec cette dernière attaque concentrant un nombre inimaginable de mercenaires.

Les Starks était une famille fière et droite. Ils avaient répondu a la menace d’une attaque déloyale par la seule façon qu’il connaissaient : une guerre dans les règles de l’art. Mais il avait négligé un détail, leur opposant était tout sauf loyal. Favole n’était pas née Stark, a vrai dire cela ne faisait que deux ans qu’elle avait épousé Ron Stark. Sa famille, les Waters, avait connu tellement de traîtrises qu’elle n’avait pas le même regard sur la situation.
Elle n’avait pas été surprise de voir les mercenaires s’agglutinés sur les remparts de Winterfell, l’argent peut tout, même effacer les traces de cette bassesse une fois les derniers survivants massacrés.


Siriondil s’engagea dans le couloir, afin d’aider ses frères et les blessés quittant Winterfell. Taliesin et Methusaleah fermaient la marche. Favole fit signe a la petite Lylith, sa petite soeur, de suivre le cortege. Elle voulait encore attendre un petite peu son mari.
Les cris de la bataille se rapprochaient, l’ennemis avait pénétré dans le bâtiment. Winterfell l’imprenable citadelle du nord venait de faillir a sa réputation.

Mais que faisait Ron ?

A défaut d’être un mari présent, Ron avait la réputation d’être un guerrier émérite, mais Favole s'inquietait de ne pas l'avoir vu revenir avec ses freres.
Nalia quitta sa mère et s’engouffra a son tour dans le passage.

« Lady Favole ? »

Taliesin l’attendait avec Methusaleah.

« Et Ron ? »

Le regard de Taliesin se voila, il se saisi du poignet de Favole et l’entraîna a la suite du groupe en lâchant un « il nous retrouvera »« ressemblant plus a un grognement qu’a des mots rassurants.

Favole commença a comprendre…

Methusaleah sur les talons, ils retrouvèrent le reste du groupe, et après un dédale de couloirs ils arrivèrent enfin à l’extérieur de Winterfell. Par chance, sur ce coté de la citadelle il n’y avait pas de combat. Pourtant les Stark restaient vigilants, des soldats isolés pouvaient très bien roder dans les alentours.
édité au tour 1906 par Favole


RE: La fuite ... un nouveau depart ...


Apres avoir quitté le campement des derniers rescapés ...
Je pris la route vers le nord pour chercher de nouvelles âmes et d'autres terres plus vivantes .

Autour de moi , je ne voyais que sable et poussière . Et le soleil me frappait de plus en plus fort .
Les bêtes et autres monstres , n'attendez qu'une chose . Que je m'éffondre pour pouvoir remplir leurs
estomacs vides .


Sentant le sable chaud sous mes pieds ,je vis soudain , au loin , un groupe d'âmes vivantes !
En m'approchant d'eux , je découvris des visages inconnus .

Ils avaient l'air acceuillant...Ce groupe n'était pas ordinaire !
Je me retrouvais face à la famille des starks .

Je choisi de les suivres et de les aider dans leur ligue ...


RE: La fuite ... un nouveau depart ...

Les yeux de la reine se rivérent sur Favole, attirés par la tristesse et le chagrin qui s étaient emparés des traits de cette dernière, elle détourna son regard pour ne pas lui montrer que son désespoir était si perceptible et puis prit place sur la monture qu on avait amené à son attention.

“Pressons nous, nos ennemis seront bientot sur nos pas, ne perdons pas de temps!“

Taliesin et Magnus servirent d éclaireurs, quelques sodlats et le frère de la reine fermaient la marche.
Myrwen poussait Nalia dans la calèche lors qu elle surprit la jeune veuve non loin et l invita à se joindre à eux d un geste de la main accompagné d un sourire maternel.

Plusieurs jours passèrent et une aura macabre planait sur la petite caravane, malgrès le fait qu aucune encombre n était encore venue pointer le bout de son nez, plusieurs soldats et autres exilés les avaient rejoint un route, un certain Kronos avait attiré l´attention du groupe.

Le jeune humain apporta un peu de gaieté à la petite troupe, ne connaissant rien au passé de la famille , il parlait souvent avec joie et naturel, il redonna courage aux plus déprimés bien que la mort de Ron affectait encore terriblement toute la communauté, Myrwen passa le plus clair de son temps à conter de nombreuses légendes et contes à la petite Nalia et à multiplier les gestes de soutien à la jeune veuve Favole.

La calèche s arreta brusquement, Taliesin cria aux bandits, et rallia les hommes valides, des mercenaires avaient réussi à suivre les empreintes au sol , l arrière garde était deja aux prises avec eux.
Un masque de fureur et de colère se dessina sur le visage de la reine, les bandits allaient maintenant payer pour la mort de son fils , ses mains se crispèrent et laissèrent échapper plusieurs rayons de glace, ses yeux devinrent blancs et bleus.En voyant la mutation de sa mere , Nalia fit exactement les gestes de la Reine et plongea dans le meme état , les deux s élancérent en dehors de la calèche dans le même mouvement sous le regard surpris de Favole.


RE: La fuite ... un nouveau depart ...

Alors qu'il remontait la route vers le nord, l'homme entendit le fracas des epees et les cris des mourants. Craignant d'arriver trop tard, il lanca sa monture au galop. Au bout de quelques secondes, il se retrouva au millieu d'une echaufourre entre des hommes portant le blason des Stark et d'autres hommes. Sans hesiter, il s'elanca vers un mercenaire arme d'un arc, lui sauta dessus, roula a terre et lui planta sa dague dans le cou avant de se relever et de se trouver un nouvel ennemi tout en degainant son epee.

Quelques minutes plus tard, c'etait fini. Il se mit automatiquement dans l'ombre et essuya sa dague et son epee sur le corps d'un des mercenaires. Il scruta les hommes et femmes portant les armoiries Stark. Il les scruta lentement, sans aucune gene, plongeant ces yeux dans ceux des voyageurs. Quelques-uns le remarquerent mais, l'ayant vu se battre avec eux, le laisserent en paix. Tout a coup, il se dirigea, tout en prenant soin de rester dans l'ombre, vers Taliesin et Magnus, sans hesitation, comme si il savait qui ils etaient et ouvrit la bouche d'où sortit une voix seche.

« -Les patrouilles sillonnent la region. Le mieux est d'obliquer vers l'est. »

C'est alors que, par un curieux reflet, on put apercevoir les pupilles vaironnes de l'homme. L'une bleu, l'autre verte. Ce regard etait aussi acere qu'une epee. Il s'avanca un peu et se trouva dans la lumiere et on put clairement le distinguer. Ses cheveux chatains sombres etait noues en une queue de guerrier et sa carrure, bien que fine laissait entrevoir une musculature rigoureuse. Il etait vetu d'une tenue de garde d'un village quelconque. Tout chez cette homme, faisait de lui un guerrier. Et pourtant, sa jeunesse et autre chose, faisait entrevoir quelque chose d'autre chez lui qu'il etait difficile d'evaluer. Apres cette etrange et breve « presentation », l'homme se retourna et monta son cheval. édité au tour 1902 par Cellendhyl


RE: La fuite ... un nouveau depart ...

Ethilmor
Depuis longtemps, Ethilmor, le frère de la Reine Myrwen, tenait a l'oeil les seigneurs proches du pouvoir. En homme discret et désinteressé du pouvoir, il ne génait personne et poursuivait donc ses observations sans inquiétudes.

Lorsqu'il s'aperçut de l'imminence de la rebellion, il redoubla de précaution, entourant la Reine de toute son attention. Tout cela faillit ne pas suffir : lors de l'assaut, qu'il savait perdu d'avance, Ethilmor fut retardé par plusieurs mercenaires qui en voulaient a sa vie. Il s'arrangea pour rejoindre sa soeur et le reste de la famille : Juste a temps !
Un homme chargeait sa soeur et deux autres étaient déja à terre. Il eut juste le temps de lacher une fleche avant qu'il ne l'atteigne.

“Viens vite ma sœur , on doit quitter cet endroit , Magnus ne résistera pas longtemps , il faut partir “

Et la connaissance du chateau de sa soeur leur sauva à tous leur vie : l'histoire des Starks ne s'arreterait pas la !

Arrivé hors de la ville, la famille s'organisa et partit sans but précis, à l'aide d'une terre d'accueil, ou d'un endroit à coloniser ...


RE: La fuite ... un nouveau depart ...

Eldregorn
Un peu plus au sud du campement, Un homme regardait le ciel songeur, laissant divaguer ses pensées comme pour oublier ce qui venait de lui arrivé.

Il était recouvert d’une armure de plaque qui portait encore les coups et le sang de combats récents.
On ne pouvait distinguer son visage mais à sa manière de ce tenir on pouvait deviner que cette homme était rompue au combat et prêt à en découdre avec le monde qui l’entoure comme si une rage folle était enfouit au plus profond de son être !

Un garde vêtue des tuniques des forces spécial Stark s’inclina devant lui et prit la parole :

« Un espion mercenaire vient d’être capturé sire ! Il rodait autour de notre campement. Que devons-nous faire ? »

« Amenez le moi dans ma tente, je vous y rejoindrais avec le nécessaire pour qu’il parle ! »

« Très bien sire ! »

Le garde partit en saluant le noble par une petite courbette et s’empressa d’aller cherché le prisonnier.

Deux minutes plus tard, trois gardes entraient, maintenant avec vigueur un quatrième homme bien amoché.

Le seigneur enleva son casque et regarda le prisonnier d’un aire sombre :

« Je pense que tu sais qui je suis ? »

Le prisonnier hocha de la tête et cracha :

« Oui tu est Eldregorn, le fils de cette reine qui ne sais que fuir ! »

Suite a ces mots, Eldregorn ordonna que l’on attache le prisonnier solidement au piller de maintien de la tente et que l’on ne le dérange pas tant qu’il n’appel pas « ah la garde ! » .Deux heures plus tard, après d’incessant cri, le noble homme sorti de la tente les mains pleines de sang et avec une lettre !

«Que l’on apporte ceux-ci a Reine Myrwen, elle serra quoi en faire et n’oublier pas de lui dire que je suis allé m’occupé du colis! »

Un messager ce chargea de la lettre et parti aussitôt !

Le seigneur regarda ça bague floqué au sceaux des Starks taché de sang et s’adressa a ce qui semblait être un officier :

«Rassemblé les Hommes j’ai besoin de 30volontaires dont 15 archers ! » édité au tour 1904 par Eldregorn


RE: La fuite ... un nouveau depart ...

Le mage blanc comme la plupart des gens de ce désert avait subi le cataclysme qui mit la population en émoi. Tous tentaient de fuir pour trouver une terre neuve et accueillante. Dies Irae disparu, il prit sont dragon à deux mains et survola les dunes pendant plusieurs miles. Il vit au loin un convoi pas ordinaire, un convoie royale qui traçait à toute allure. Celui-ci subissait les assauts d'une cavalerie ennemie. Les flèches fusaient dans tous les sens. Gandalf ne pu laisser faire un tel massacre, il amorça son atterrissage en direction des troupes assaillantes, et les éblouit d'une lumière divine grâce à son sceptre magique. Les soldat se prirent l'onde de choc lumineuse en plein visage et tombèrent de leur cheval. Gandalf vint proposer ses services à la noble dame qui commandait aux soldats.

Et bien vous semblait en difficulté ma chère, laisser moi vous accompagner dans votre route, une aide supplémentaire ne sera pas de trop ...


RE: La fuite ... un nouveau depart ...

Magnus
Magnus pensif était assit au coin du feu du campement de fortune après la fuite de la citadelle de la famille stark.

Meurtre , sang carnage, ils ont détruit le seul endroit que je considérait comme ma maison, et surtout ils ont assassiné le roi Stark, La première personne en qui j’ai eu confiance.

Magnus se souvient des dernier moment de la vie du souverain.
ce fut dans le hall principal du palais

Magnus malgré, que tu sois pas de mon sang et que tu sois plus âgé que moi je te considérais comme un fils, je te demande d’aider et de protéger la famille…
je vous le promet de protéger la reine Myrwen et ses enfants que je resterai près d’eux et je les protègerai.

Sur ces dernières paroles le roi fit un dernier sourire, puis tout devins noir le roi cessa de penser, le roi mourus dans les bras de Magnus.

Les pensées de Magnus fut interrompu, par les cris venant de la tente des premiers soins Magnus se leva et alla voir d’où venaient ces cris. édité au tour 1904 par Magnus

je ne suis que l ombre de moi mme

RE: La fuite ... un nouveau depart ...

Methusaleah
Le roi Stark était mort…Winterfell devait être pillé et au pire des cas totalement incendié… les Stark avaient quand même réussi à fuir… la reine, ses fils excepté le malheureux Ron, sa belle fille et une partie de la garde.
Methusaleah était arrivé bien trop tard… à son arrivée le château était déjà perdu, il ne réussit même pas à sauver son ami Ron…

Faut dire que tout avait été fait pour lui cacher le dessein des puissants seigneurs. Son père avait décidé de rester neutre en aidant ni l’un ni l’autre des cotés et il ne voulait pas que son fils aide les Stark. Heureusement un de ses espions l’avait averti de l’attaque.
Mais la route depuis Castral Roc et la maigre armée qu’il avait pu ramener depuis le sud n’avait pu mettre qu’une grande confusion dans les lignes ennemies, permettant la fuite des Stark plus simple.

Lors de son attaque lui et son armée n’avaient pas d’armoiries, voulant rester anonyme, par contre il les remit pour retourner dans Winterfell, afin d’y rencontrer les seigneurs ennemis. Il réussit à faire croire que les Lannister venaient les aider à traquer les survivants. Cela lui permit d’avoir les faveurs des seigneurs et carte blanche pour circuler dans tout le royaume de Westeros.

Methusaleah rejoignit le cortège Stark que deux ou trois jours plus tard se chargeant au maximum d’éliminer tous les poursuivants…mais la route était encore longue avant de trouver des terres accueillantes…
Quelques personnes étaient venues s’ajouter au groupe Stark partie de Winterfell, sûrement des mercenaires, mais il chargea ses hommes de les tenir à l’œil, ils avaient plus de raison de leur couper la tête que de les aider…

Qu’allait il se passer maintenant…il avait comme mission de l’ancien roi d’éliminer toute trace des Targaryen, donc il lui fallait encore la tête de Favole pour ça. Mais le roi était mort…Devait il rester aider les Stark ou rentrer chez lui…Il ne savait pas encore.

Un Lannister paye toujours ses dettes...

RE: La fuite ... un nouveau depart ...

La route du convoi royale était facile à suivre. Partout le long de sa route des cadavres en putréfactions jonchaient le sol. Un spectacle qui devenait bien trop fréquent dans ce désert. Un homme solitaire suivait cette route. Il était grand, assez musculeux et plusieurs cicatrices marquaient sont visage, signe de combats violents dans le passé. Sa tunique blanche faisait ressortir ses cheveux roux et ses yeux verts. N'importe quel homme qui le regardait aurait su immédiatement qu'il s'agissait d'un guerrier, mais une aura de bonté émanait de lui. Il était un serviteur de Dieu. Il arriva alors là ou les mercenaires avaient attaqué le convoi. Il prit le temps d'enterrer les morts et de leur offrir une dernière prière.

Quelques jours de marche plus tard, il vit au loin une caravane accompagnée de plusieurs soldats. Il finit par les rattraper en fin de journée. Lorsque les gardes le virent, ils dégainèrent leurs armes, mais William vit dans leurs yeux qu'ils n'étaient pas hostiles, mais prudents. Quelques un d'entre eux étaient blessé. Le noble paladin dit quelques mots et leurs blessures se soignèrent à vue d'œil. Il prit alors la parole:
-Bonjours mes frères, je suis William Nortken, je pense que vous pourriez avoir besoin d'aide.
Il leur fit un clin d'œil en souriant.
-J'aimerais bien rencontrer votre chef, si bien sûr je ne vous importune pas trop.
Il retira sa capuche, dévoilant ses cheveux et attendit.

édité au tour 1905 par William