Gazette
Pas de personnage Shel
Tour : '15'
Né dans le village de Telvanni, de la province d Ald Sotha, je fus élevé par Nimrodel, ma mère qui fut prêtresse et d Amroth, mon père, guerrier de son état. Au fil des ans, j apprit le maniement des armes dès l aurore, les faisant briller par le soleil scintillant dans le reflet des feuilles humides de la rosée. Puis ma mère m enseigner la prière et l apaisement du corps et de l esprit. Mon apprentissage de l art du combat et de la magie s améliorait jour après jour.

Un jour de printemps, je rencontra Eldween, une elfe du village d Hluula qui apprenait la médecine de son maître Eârendil. Notre amitié se forgea petit à petit, elle m enseigna les rudiments de la medecine.

Cependant, lors de ma seizième année, alors que je fus en compagnie de mon amie, à développer nos connaissances en magie de guérison et autres plantes médicinales, nous fûmes surpris par une attaque de brigands. Je combattais vaillament en mettant en application l enseignement de mon père, mais ne peut protéger mon amie d une attaque où elle fut mortellement blessée. Malgré mes diverses blessures, je tenta de la soigna avec les connaissances qu elle m avait fait partager. Avant de mourir, elle me dévoila ses sentiments lors d un dernier souffle. Je la prit dans me bras pour mourir à ses côtés et m évanouis.

Pensant être dans l Au-delà, je me réveilla dans le village de Gorgu et partit faire mon deuil dans le désert d Adept où je rencontra un membre de la ligue Nainporte et décida d y intégrer pour améliorer mes connaissances en médecine pour éviter qu un tel drame se reproduise

Ma lassitude de ce monde de violence me fait penser parfois que mon amour perdu a eu de la chance de ne pas connaître ce monde de conflits, d attaques, de manipulations; çà l aurait tuée mentalement tant de haine.

Parfois, j ai l impression de la revoir en songe, à ce moment-là je régresses dans un état second de haine en revivant encore et encore cette attaque où elle mourut. Une étrange personnalité semble avoir pris place dans le coeur de Shel, cette seconde entité en lui se nommerait Sylmar, drow chaotique vivant pour l exécution de ses ennemis.

Une nuit, il eut l impression de vivre à travers Sylmar, il vit en songe un parchemin runique qu il déchiffra mentalement. Le résultat ne le fit pas vraiment sourire, mais en lui, un sentiment trouble apparu. Il lut lentement le parchemin et s imprégna de son contenu.



Où que tu sois, qui que tu sois,
A tout instant, elle frappera.

Ce soir, tu réalises que ton heure a sonné,
Elle t attend, tapis dans l ombre, elle t observe,
La mort va te ravir, le temps va s arrêter,
Tu es à elle désormais, elle veut que tu la serves...

La grande faux brille dans le noir,
La faucheuse te crucifix du regard,
Tu trembles, tu pleures sans t en apercevoir,
Elle te sourit, elle te parle de ton départ...

La fuir ne sert à rien,
Elle te retrouvera même dans l abîme,
Ta vie est sienne, tu lui appartiens,
Dans l éternel tu seras sa victime,

Des larmes coulent le long de tes joues,
Ce sont des larmes de sang,
Elles descendent lentement le long de ton cou,
Tu t entends gémir comme un enfant,

Tu t écroules à terre, à genoux, prosterné
Devant elle, tes mains se mettent à trembler,
Du sang commence à s écouler de ta bouche,
Tu serres les dents, ses griffes te touchent...

Tu lèves les yeux vers elle,
L horreur a un visage, celui de la mort...
Elle te saisit à la gorge, soulevant tout ton corps
Ses doigts acérés te coupent comme des scalpels,

Ils déchirent la chair, ton sang s échappe,
La grande faux te transperce le coeur,
Elle l arrache de son lit de terreur...
Les flots de sang s étalent comme une nappe.

Toutes les images de ta vie défilent en accéléré,
Toutes tes fautes, toutes tes erreurs, tout le mal
Que tu as fait resurgissent dans ton esprit embrumé,

Toutes les raisons pour lesquelles tu agonises comme un chacal,
A tort exceptionnel, mort exceptionnelle,
Telle est la sentence de tous les dieux,
Pas de remise de peine, peine capitale, peine éternelle.

Tout devient noir à présent, ouvre les yeux...
La faucheuse te jette un dernier regard inquisiteur,
Elle a accompli sa tâche, elle t abandonne à ton sort,

Tu sais qu en enfer tu n es pas un visiteur,
Mais un prisonnier, un banni, un mauvais mort...
Voilà la punition réservée à ceux qui ont volé des vies,

D une manière ou d une autre, qui ont rendu l air malsain,
Qui n ont pas respecté leurs frères et leurs amis,
A présent l enfer vous garde et vous crèverez comme des chiens...


(La Faucheuse, joueur de Fondation)

Morts
3
D├ępouilles
60
Pixelicides
22

20240223165154